Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Auteur Sujet: Mazda 3 1.5 : Est-ce bien suffisant ?  (Lu 3519 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mike

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 1128
  • Karma: +0/-0
  • Sexe: Homme

  • Participation
    3%
    • Voir le profil
    • Mes créations web
Mazda 3 1.5 : Est-ce bien suffisant ?
« le: 02 février 2014 à 19:57:42 »
Mazda 3 1.5 : Est-ce bien suffisant ?







Toute nouvelle, toute belle, la Mazda 3 n’aura pas mis longtemps avant de nous séduire ! Son design, son comportement routier et son fabuleux diesel y sont certainement pour beaucoup. Mais voilà, ce dernier affiche quelque 150 chevaux, cube 2,2 litres et le petit frère n’est pas prévu pour tout de suite. L’accès à la Mazda 3 se fera donc par la motorisation essence 1.5, promise à un bel avenir chez nous. Mais, ce moteur en vaut-il vraiment la peine ?

Les + :

Raffinement général
Comportement routier plus incisif
Excellente boîte de vitesse

Les moins:

Manque de couple à bas et mi-régimes
Politique d’équipements
Peu d’espaces de rangement

Belle et racée, la Mazda 3 inspire un certain dynamisme… que la fiche technique de cette motorisation a du mal à promettre ! D’ailleurs, oubliez la double sortie d’échappement, Mazda n’en a gardé qu’une seule sur cette version… Inutile de trop en promettre, dirons-nous ! Pour le reste, rien ne vient vraiment distinguer ce moteur d’accès des plus costauds 2 litres essence et 2,2 litres diesel.

Détails techniques

Ce moteur 1.5 se voit donc inauguré sous le capot de cette Mazda 3. Pourtant, il ne s’agit pas vraiment d’une immense nouveauté, car il est plutôt à considérer comme une version « rétrécie » du 2 litres SkyActiv. Sur la fiche technique, il promet 100 chevaux et 150 Nm. Des valeurs très correctes pour la cylindrée. Pointons que ce moteur ne possède ni turbo, ni compresseur, contrairement à ses principaux rivaux.

Premier contact

A froid, le moteur tourne sur un régime accéléré qui met en évidence une sonorité étrangement métallique, pas très sportive, mais pas vraiment désagréable non plus. Dans un cadre urbain, cette mécanique paraît largement suffisante. Elastique à bas régimes, on se plait à passer les rapports de l’excellente boîte manuelle à 6 rapports dès 2.500 tr/min.

On s’échappe

A s’échapper des grands centres urbains, on note d’emblée l’absence de turbo. A bas régimes, le moteur semble mou du genou et il ne faut pas lésiner sur les changements de rapports pour espérer des reprises correctes. Au-dessus de 4.000 tr/min, la mécanique se fait entendre, mais se décide enfin à tirer la carlingue. On s’amuse alors du train avant léger, de la direction précise et de la grande finesse de comportement. Sportive, tout en restant confortable.

Bilan mitigé sur autoroutes

Mais c’est principalement sur autoroutes que l’on tire la langue… Tenir sa vitesse de croisière ne pose pas tant problème qu’escalader une courte rampe d’accès pentue ou dépasser prestement… Dans ces derniers cas, il s’agit de tomber un, voire deux rapports et de pousser les régimes à la lisière de la zone rouge. Plutôt fatiguant pour les oreilles… La généralisation des turbodiesels forts en couple nous avait déshabitués de cette conduite plus « virile ». Autant donc lever le pied et revenir à un train sénatorial.

Consommation

Sur un trajet alternant routes, nationales et autoroutes, notre moyenne relevée fût de 7,3 l/100 km, ce qui est plutôt raisonnable si l’on considère le style de conduite assez dynamique. Descendre cette valeur d’un demi-litre ne devrait pas poser de problème à un pied droit plus léger.

Tarifs

La véritable bonne nouvelle de cette motorisation, c’est le prix d’accès : 18.490 €. La mauvaise nouvelle, c’est que pour gagner en équipement, il s’agira de grimper en exécution plutôt que de piocher sur les listes d’options. Ce qui revient à se retrouver avec des équipements pas forcément désirés, mais tout de même facturés.

Conclusion

Le retour en grâce du moteur essence placera sans doute ce petit 1.5 sous les feux des projecteurs. Ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle, car le moulin se révèle largement capable en milieux urbain et périurbain. Pour les virées sur autoroutes et les dépassements, on regrette toutefois le manque de couple à bas et mi-régimes, ce qui impose de jouer du levier de vitesses. Un petit turbo n’aurait pas fait de tort…

http://www.vroom.be/fr/essai-auto/essai-mazda-3-15?utm_source=vroom&utm_medium=content&utm_campaign=salonnewsletter&utm_content=fr&utm_term=news2
Mes Réalisation-création:<a class="postlink" href="http://www.mapassion.eu">http://www.mapassion.eu</a>
Auris Touring HSD Dynamique :16.323Km