Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire. Did you miss your activation email?

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - mike

Pages: [1] 2 3 ... 59
1
Grandis / Essai - Mitsubishi Grandis Grandis 2.4 Instyle Auto
« le: 10 février 2019 à 12:15:58 »
Essai - Mitsubishi Grandis Grandis 2.4 Instyle Auto



Le Grandis automatique se destine avant tout aux familles nombreuses à la recherche d'un monospace grand luxe abordable.


Prix Mitsubishi Grandis Grandis 2.4 Instyle Auto : 32 799 €
Commercialisation : n.c.
Consommation moyenne : n.c.



Le 2.4 essence qui équipe le Grandis peut aussi recevoir une transmission automatique. Assez lente et surtout gourmande en énergie, cette boîte auto pénalise quelque peu l'agrément de conduite et la consommation. Disponible uniquement avec la finition Instyle, ce Grandis délaisse donc la sportivité au profit du bien être des passagers. La dotation de série est en effet impressionnante avec, outre la modularité classique du Grandis, phares au xénon et sellerie cuir.

source:

https://www.autoplus.fr/mitsubishi/grandis/actualite/Mitsubishi-Grandis-Grandis-2.4-Instyle-Auto-126575.html



2
La Corée du Nord fabrique ses propres voitures, voici les derniers modèles

Oui, vous avez bien lu. Si une telle affirmation peut paraître insolite au premier abord, il n’en est rien. Voici donc un petit tour d’horizon vous présentant les derniers modèles de voitures nord-coréennes. Les États-Unis ont Ford, L’Allemagne a Volkswagen et le Japon a Toyota. La Corée du Nord quant à elle a « Pyonghwa Motors« , société dirigée d’une main de fer par le régime mis en place par Kim Jong-un.

Pyeonghwa Motors et ses voitures « Made in North Korea »



La société produit un nombre plutôt restreint de véhicules dans son usine basée à Nampo, une ville connue pour son port maritime et située sur la côte ouest de la Corée du Nord. La ville de Pyongyang dispose d’une seule et unique concession. En se rendant sur place, les visiteurs peuvent apprécier la gamme proposée par le constructeur de plus près. Effectuer un parcours test ou acheter des pièces de rechange pour leur propre véhicule.

Découvrez donc les tous derniers modèle qui font fureur à Pyongyang en visionnant les brochures des différents véhicules proposés par Pyeonghwa Motors. Sur celle-ci on découvre notamment la consommation moyenne de carburant et la vitesse maximum atteinte par des modèles nommés « Salut » ou « Terre de Corée ».



Les voitures nord-coréennes ne sont pas spécialement réputées pour leur puissance. La plupart des véhicules présentés disposent en effet de 80 chevaux ou moins. L’originalité n’est pas non plus le maître-mot, puisque la majeure partie de ces modèles sont en fait de copies de voitures beaucoup plus célèbres. Certaines ressemblent d’ailleurs à des Kia ou à des Volkswagen. Mention spéciale pour le « sublime » SUV gris sombre qui ressemble à un vulgaire modèle réduit de 4×4 pour enfant.

Selon des observateurs occidentaux ayant visité les villes les plus importantes de Corée du Nord, environ 1 voiture sur 5 rencontrées serait une création de la marque Pyeonghwa Motors.



Les véhicules proposés coûtent entre 10.000 et 30.000 dollars et la plupart des pièces sont fabriquées dans d’autres pays avant d’être envoyés en Corée du Nord pour l’assemblage final. Lorsque Pyeonghwa Motors fit ses débuts, ses véhicules étaient basés sur des modèles Fiat et Shuguang, un constructeur chinois aussi connu sous le nom de « SG Automotive ».

A l’origine, une société censée apaiser les relations entre Corée du Nord et Corée du Sud



Pyeonghwa qui signifie littéralement « la paix » fondé en 1999 est le fruit d’un partenariat controversé entre l’Église de l’Unification sud-coréenne et le groupe Ryonbong General Corp, une société contrôlée par le gouvernement nord-coréen. Le révérend Sun Myung Moon, l’ancien dirigeant de cette église, était définitivement opposé au communisme mais voyait en cette co-entreprise un moyen efficace de favoriser la paix et de réconcilier la Corée du Nord et du Sud. Les deux pays s’étaient enfermés dans une guerre épuisante lorsque la Corée avait été divisée après la Seconde Guerre Mondiale.

En 2013, l’Église de l’Unification a cédé l’entière propriété de Pyonghwa Motors à la Corée du Nord, en raison de faibles ventes et de profits insuffisants. Depuis cette date, il est devenu très compliqué d’obtenir des renseignements au sujet de l’entreprise, régime nord-coréen oblige.



Une chose est cependant certaine, la société produit peu. L’an dernier, le constructeur automobile a produit 1.600 véhicules. En 2011, le chiffre était de seulement 1.450 véhicules produits. Les observateurs occidentaux estiment que les voitures représentent une infime partie des véhicules circulant sur les routes du pays. Les importations de marques automobiles occidentales sont elles aussi extrêmement rares. Les voitures représentent environ 10 à 20 % des véhicules circulant dans les rues de Pyongyang, et le pourcentage faiblit légèrement en ce qui concerne les autres agglomérations du pays.



Si de nombreux panneaux publicitaires à travers le pays n’hésitent pas à vanter les mérites des voitures produites par Pyeonghwa Motors, pour la plupart des citoyens nord-coréens, acquérir une automobile reste un rêve inaccessible. La majeure partie de la population vit en effet dans une extrême pauvreté, et le régime de Kim Jong-un limite la possession de tels véhicules à quelques privilégiés disposant d’un patrimoine solide.



Si le trafic automobile dans les rues de Pyongyang se densifie légèrement depuis quelques années, il reste évidemment très faible lorsqu’il est comparé à celui des pays voisins.



source:
https://www.tuxboard.com/modeles-voitures-made-in-coree-nord/

reportage français:
https://www.tuxboard.com/reportage-inedit-surrealiste-coree-du-nord/

3
Impreza / SUBARU IMPREZA : BIENTÔT LE RETOUR ?
« le: 04 février 2019 à 15:36:25 »
SUBARU IMPREZA : BIENTÔT LE RETOUR ?





Disparue de nos marchés depuis quelques années, l’Impreza est pourtant bien présente sur le stand de Subaru au salon de Tokyo !
En effet, c’est sous la forme d’un concept assez abouti que la marque nous présente la future génération de son modèle.

La future Impreza devrait donc rester très proche de ce concept… Voilà qui paraît assez prometteur ! Le modèle de série sera commercialisé à la fin de l’année 2016 au Japon. Quant à une éventuelle importation en Europe, cela reste encore un grand mystère !
La bonne nouvelle, malgré tout, c’est que les futurs modèles de la marque s’inspireront des lignes de ce concept à la face avant particulièrement travaillée.

source:
https://www.vroom.be/fr/actus/subaru-impreza-concept-2015

4
Impreza / SUBARU IMPREZA : BIENTÔT LE RETOUR EN EUROPE ?
« le: 04 février 2019 à 15:34:22 »
SUBARU IMPREZA : BIENTÔT LE RETOUR EN EUROPE ?



Au salon de New York, Subaru a présenté la dernière génération de l’Impreza. En Europe, nous attendons toujours son retour officiel ! Espérons qu’elle le fasse rapidement…

Présentée avec des carrosseries tricorps (avec malle arrière), hatchback (avec hayon) et break, l’Impreza se veut plus grande, plus large et également plus basse que le précédent modèle. L’objectif est clair : obtenir à la fois une voiture plus fine d’un point de vue aérodynamique, mais aussi plus dynamique. D’un point de vue dynamisme, tous les ingrédients traditionnels au modèle sont d’ailleurs réunis : transmission intégrale (avec répartition active du couple, s’il vous plaît !) et moteur boxer pour abaisser le centre de gravité.

Equipement

Ce modèle s’équipe d’un système d’info-divertissement complet comprenant l’intégration des smartphones via Android Auto ou Apple CarPlay. D’un point de vue sécuritaire, l’Impreza fait également le plein : régulateur de vitesse adaptatif, système de freinage anti-collision automatique, grands phares automatiques, alerte anti-dévoiement, alerte de trafic arrière transversal…

Pour l’Europe ?

Pour l’instant, nous ne connaissons que les spécifications du modèle américain (2 litres, atmosphérique, 152 chevaux, boîte à variation continue). Il nous tarde donc de savoir ce que Subaru prépare pour l’Europe… Probablement un petit moteur essence turbo. Une version WRX STi devrait évidemment faire son apparition et il se murmure qu’elle pourrait être hybride !

source:
https://www.vroom.be/fr/actus/subaru-impreza-usa-2016

5
Autres Subaru / SUBARU REVIENT À SES PREMIERS AMOURS
« le: 04 février 2019 à 15:31:09 »
SUBARU REVIENT À SES PREMIERS AMOURS




Au salon de Los Angeles, Subaru a levé le voile sur ce concept d’Impreza Sedan. Oubliez le mot « concept », ce prototype est très proche de la voiture de série !

ela fait quelques temps que les berlines Impreza ont déserté les concessions Subaru ! La voilà qui semble revenir en grande forme. Nous, en tout cas, nous sommes assez séduits par le design racé. Forcément plus longue que la 5 portes présentée à Tokyo, cette berline affiche une longueur de 4,55 m. Reste à savoir si ce modèle fera son chemin jusqu’en Europe…

source:

https://www.vroom.be/fr/actus/subaru-concept-impreza-sedan

6
RC / LEXUS RC 300H, ENTRE DEUX CHAISES
« le: 04 février 2019 à 15:29:42 »
LEXUS RC 300H, ENTRE DEUX CHAISES

Parallèlement au lancement de ses grandes berlines ES et de son SUV compact UX, Lexus offre un léger restylage à son coupé RC.
De quoi encore mieux combiner hybridation et grand tourisme ?





Arrivé à mi-carrière, le coupé RC lancé en 2014 soigne sa plastique pour se replacer sous les projecteurs. Esthétiquement, cette refonte se caractérise surtout par l’arrivée d’une nouvelle face avant inspirée par celle de la grande sœur LC. On remarquera principalement la présence de nouveaux phares intégrant une solution « triple LED » et abonnant la petite virgule LED soulignant les précédentes optiques. À l’arrière, les phares adoptent quant à eux en forme de « L » plus prononcée pour s’aligner sur la nouvelle marque identitaire des coupés Lexus.



F-Sport

Globalement, l’allure du coupé gagne en subtilité et en élégance. Mais si l’on préfère un look plus sportif, il est toujours possible de commander l’exécution F-Sport qui intègre alors une calandre au maillage plus expressif et des jantes de 19 pouces.



2+2

À bord, on note aussi quelques légères évolutions. Mais dans l’ensemble, on apprécie surtout l’excellente finition, la dotation (surtout sécuritaire) complète. En revanche, les espaces de rangement sont peu nombreux. Et les places arrière, difficilement accessibles, sont réservées à des petits gabarits. Notons toutefois que sur le coupé, et contrairement à la grande berline ES, les dossiers sont ici rabattables. Ce qui peut s’avérer pratique à l’occasion.



Le grand écart

Si le coupé RC était jusqu’ici proposé en version hybride ou avec un bloc 2.0l turbo à essence plus classique, ce dernier disparait du catalogue à l’occasion du restylage. Le coupé RC n’est donc plus commandable qu’en version hybride 300h. Notons que sa variante ultra-sportive siglée F rempile toutefois aussi. Sa version restylée vient d’être présentée à l’occasion du récent salon de Détroit et sera commandable à partir du mois de mai. Avec la RC, le choix se limite donc entre un moteur hybride…  et un V8 5.0l atmosphérique de 464 ch !

Plus efficace

Outre ses modifications esthétiques, ce restylage de mi-carrière est aussi l’occasion pour la RC 300h de peaufiner son comportement dynamique. De nouveaux amortisseurs ainsi que des bagues de suspension plus rigides ont ainsi été introduits. En outre, Lexus précise avoir modifié les réglages de la direction assistée électrique afin d’assurer une meilleure interaction entre le conducteur et la chaussée. De nombreuses techniques de fabrication spécifiques (colles structurelles, soudures multipoint, soudures laser, etc.) ont également été utilisées afin d’augmenter la rigidité torsionnelle de la carrosserie.

Tempo coulé

Si ces différentes évolutions ne rendent toujours pas le coupé RC ultra-tranchant, elles augmentent sensiblement son efficacité globale. Certes, la direction aurait pu être plus directe et offrir un rendu un peu moins collant. Mais l’amortissement s’avère efficace en freinant parfaitement les mouvements de caisse tout en assurant un excellent niveau de confort. Pour apprécier la RC en conduite rapide, il faut juste conserver un tempo coulé dans l’esprit Grand Tourisme.

Ancienne génération

Si le comportement de la RC suggère de conserver un tempo coulé, sa chaine cinématique hybride l’impose en revanche nettement plus clairement ! Même si ses caractéristiques techniques a priori assez semblables peuvent laisser penser que le RC 300h dispose de la nouvelle cinématique hybride 2.5l aperçue sur les récentes Lexus ES 300 h et Toyota RAV4, ce n’est pas le cas. Il s’agit d’une évolution légère de la précédente génération utilisée jusqu’ici et héritée notamment de la berline IS.

Où sont les chevaux ?

Elle marie un moteur 4 cylindres 2.5l à cycle Atkinson et injection directe de 181 ch à un moteur électrique de 143 ch pour une puissance combinée de 223 ch. Un coupé de cette taille avec 223 ch sous le capot, ça doit envoyer non ? Ben… non. Sur le papier, la vitesse maximale est annoncée à 190 km/h et le 0 à 100 km/h couvert en 8,6 s. Pour se donner une idée, une Audi A5 40 TFSI (190 ch) accroche les 241 km/h et atteint les 100 km/h en 7,2 s. Et la 45 TFSI (245 ch) enfonce le clou avec une vitesse maximale limitée électroniquement à 250 km/h et un sprint expédié en 6,4 s. En plus de ces comparaisons chiffrées, l’impression subjective ressentie quand on enfonce la pédale est identique : la transmission de type e-CVT de la Lexus gomme une grande partie des sensations. Et le régime moteur qui reste stationnaire dans le haut du compte-tours ne donne pas vraiment envie de faire parler la poudre ! Autant le savoir si on craque pour l’allure séduisante de ce coupé RC… mais qu’on est du genre « excité de la pédale de droite » !

Efficacité globale

Si cette version du système hybride du groupe Toyota/Lexus conserve un effet moulin à café encore assez présent lors des grosses accélérations, son efficacité globale n’en demeure pas moins intéressante pour peu que l’on adopte une conduite anticipative et coulée. Outre le confort d’utilisation et la discrétion du moteur en ville, on appréciera la possibilité d’évoluer occasionnellement en mode électrique sans jamais devoir recharger la batterie sur le secteur. La consommation mixte relevée selon le récent cycle WLTP de 6,2l/100 km donne, en outre, une idée assez précise de l’appétit réel dont pourra se contenter ce coupé à l’usage. Actuellement, l’homologation CO2/km de 114 g (NEDC corrélée) est également plutôt intéressante dans le Nord du pays.

Combien ça coûte ?

Lexus propose trois versions de son coupé RC : Executive Line, F-Sport Line et Privilege Line. La première est fixée à 51.900. Les deux autres sont proposées au même tarif de 56.420€. Des plutôt prix élevés, donc. Mais dans tous les cas, l’équipement de série est très généreux. Les seules options possibles sont la peinture métallisée, le toit ouvrant ou le système audio haut de gamme Mark Levinson.

 
Conclusion

Les modifications apportées tant sur le plan stylistique que dynamique renforcent l’attrait du coupé RC. Mais il ne faut pas trop se fier à ces premières impressions plutôt sportives. La chaine cinématique hybride de ce coupé reste, en effet, surtout calibrée pour les conducteurs qui préfèrent adopter un style de conduite coulé et anticipatif.

source:

https://www.vroom.be/fr/essai/essai-lexus-rc-300h-entre-deux-chaises-21337

7
Impreza / Subaru Impreza et Forester : Outsiders éternels
« le: 04 février 2019 à 13:54:10 »
Subaru Impreza et Forester : Outsiders éternels

ubaru mène une vie solitaire sous nos latitudes…
Les Japonais n'ont pas l'intention de changer la donne, mais ils connaissent parfaitement les forces de leurs produits.
C'est ce que nous avons pu constater dans l'extrême nord de la Finlande avec l'Impreza et le Forester.



Pour illustrer la présence discrète de Subaru sur notre marché, sachez que notre pays compte quinze concessionnaires qui ont vendu 558 voitures en 2018. Dans le monde entier, les Japonais vendent 1 million de voitures par an et annoncent que cela les rend deux fois plus importants que des marques comme Volvo. Les marchés les plus importants de Subaru sont les États-Unis, le Japon et le Canada. Dans cet ordre, d’ailleurs…
Subaru cultive sa position de constructeur de niche sur le marché européen, et aime souligner qu'il est l'un des derniers constructeurs automobiles indépendants dans le monde. Un constructeur automobile qui s'en tient aussi à sa propre recette : moteur boxer, quatre roues motrices permanentes et transmission à variation continue.


Différence de génération
Il n'y a pas deux modèles dans la gamme Subaru qui diffèrent plus que l'Impreza et le Forester !Pourtant, ils sont construits selon la même recette. En clair, sachez que l'Impreza repose sur la nouvelle plate-forme modulaire que le XV utilise également. Elle dispose également d'un moteur boxer plus moderne : un 1.6 l, qui avec 114 ch et 150 Nm, n’est pas un monstre de puissance (0-100 km/h prend 12,4 secondes, sa vitesse maximale est de 180 km/h).
Autres qualités
Mais heureusement, l'Impreza a d'autres qualités : une belle habitabilité (et un coffre spacieux), une excellente visibilité, une qualité de construction exemplaire et un équipement de série généreux. Notez par exemple que la climatisation automatique, Apple CarPlay et Android Auto et le régulateur de vitesse adaptatif avec aides à la conduite ("EyeSight") sont inclus de série dès la version d'entrée de gamme Pure (22.395 €).
Selon la vieille tradition japonaise, la liste des options est limitée, il vous faut donc opter pour une finition supérieure pour étendre l'équipement. La « Comfort » (25.795 €) ajoute des phares LED, le démarrage mains libres, la radio numérique, une caméra de recul et un avertisseur d'angle mort, tandis que la « Premium » (28.995 €) ajoute la navigation, des sièges cuir et un toit ouvrant.
Les Subaru sont encore de véritables voitures d’ingénieurs, ce qui se remarque rapidement dans l’habitacle : on compte pas moins de trois écrans, un sacré paquet de boutons sur le volant et quelques autres fonctions que vous devez rechercher. Sur les écrans, vous trouverez toutes les informations possibles sur votre conduite, jusqu'à la répartition de la puissance entre les quatre roues !

Ancien combattant
D'abord, nous devons passer au Forester. L'année dernière lors du Salon de New York, la cinquième génération fût présentée et ce, pour la deuxième fois en tant que véritable SUV. Toutefois, c’est toujours la quatrième génération que nous retrouvons face à nous, une génération sur les routes depuis 2013.
Entre-temps, le Forester a reçu quelques mises à jour : dès sa version de base Comfort (30.445 €), le Forester est déjà équipé du système EyeSight, qui est complété dans la version Luxury (33.045 €) par un avertisseur d'angle mort et un avertissement de circulation transversale arrière. Notez qu’il existe aussi une version Premium qui coûte 36.945 €.
Enfin, le moteur diesel a été retiré du catalogue, ne laissant qu'un moteur boxer atmosphérique 2.0 l à quatre cylindres de 150 ch et 198 Nm. Il ne présente pas non plus un caractère athlétique (0-100 km/h en 11,8 secondes et une vitesse maximale de 192 km/h), mais avec ses quatre roues motrices permanentes et sa transmission automatique CVT, il constitue un allier idéal pour tirer des remorques.

Adhérence au sommet !
En parlant de quatre roues motrices : lors de nos essais de conduite dans l'extrême nord de la Finlande, l'Impreza et le Forester n'ont pu être pris en défaut. La transmission à quatre roues motrices permanentes que Subaru utilise de série sur toutes ses voitures (à l'exception de la BRZ), procure une adhérence telle que les Japonais n'ont pas trouvé les pneus à clous nécessaires.
Bien sûr, avec un SUV comme le Forester, la garde au sol plus élevée permet d’appréhender plus facilement les terrains difficiles et rudement enneigés. Le mode de conduite « X-Mode » qui délivre la puissance plus progressivement et qui fournit une aide à la descente, est également un bon allié. Mais c'est finalement l’Impreza qui nous a davantage surpris : elle s'est également faufilée sans problème sur des routes très enneigées.
Les conditions arctiques ne sont évidemment pas très représentatives, mais il est clair que la combinaison entre le moteur Boxer et la transmission automatique Lineartronic (CVT) est plus adaptée à un style de conduite détendu.

Décision
Subaru s'accroche donc fermement à ce qu’il maîtrise : construire des voitures solides et robustes qui roulent de façon sûre et efficace dans toutes les conditions. On en veut pour preuve notre essai hivernal en Finlande, de ces Impreza et Forester. Ces voitures japonaises sont de véritables voitures d’ingénieurs avec un petit côté excentrique, ce qui ne plaira pas à tout le monde. Subaru tente de convaincre les sceptiques avec un équipement de série complet ! Heureusement, notre marché n’est pas vital pour la marque…

source:
https://www.vroom.be/fr/essai/subaru-impreza-et-forester-outsiders-ternels-21340?utm_source=vroom&utm_medium=content&utm_campaign=newsletter-daily-content&utm_term=news1


8
Mercedes Classe V : un face-lift… et une version électrique au programme !



Mercedes présente la version restylée de son minibus Classe V. Et, surprise, en profite pour en confirmer l’arrivée d’une inédite version EQV entièrement électrique.


Au prochain salon de Genève, Mercedes exposera la nouvelle mouture de son minibus Classe V. Par contre, il ne faut pas s’attendre à une révolution sur le plan stylistique. Les modifications cosmétiques restent minimes. En revanche, sur le plan technique, on note quelques modifications importantes !
Moins vibrant
Tout d’abord, on remarque l’arrivée d’un nouveau moteur diesel quatre cylindres présenté par Mercedes comme moins vibrant et plus silencieux que celui proposé jusqu’ici sous le capot du Classe V. Dans un premier temps, il sera décliné en deux niveaux de puissance : 190 et 239 ch. Autre évolution technique appréciable : la précédente boîte automatique à 7 rapports cède sa place au module à 9 rapports plus récent.

EQV
Mais ce n’est pas tout : Mercedes confirme aussi l’arrivée prochaine d’une variante 100% électrique de ce minibus chic ! Ce futur EQV sera présenté d'abord sous la forme d’un concept « quasiment définitif » à Genève. Mais sa mise en production devrait suivre rapidement. Si l’on n’en connait pas encore les caractéristiques techniques, notons que sa version utilitaire Vito vient d’être présentée en version électrique eVito avec une batterie de 41,4 kWh et un moteur électrique de 115 ch/300 Nm.

source:

https://www.vroom.be/fr/actus/mercedes-classe-v-un-face-lift-et-une-version-lectrique-au-programme-21338?utm_source=vroom&utm_medium=content&utm_campaign=newsletter-daily-content&utm_term=news2


9
LA TESLA MODEL 3 ARRIVE EN EUROPE… ET SE PLIE AUX EXIGENCES DES MARQUES ALLEMANDES !

L’attente est quasiment terminée pour les clients européens : Tesla confirme l’arrivée de son Model 3 de ce côté du monde pour le début 2019. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Tesla confirme aussi que ces exemplaires seront compatibles, en série, à la norme Combo CCS défendues par les marques allemandes pour la recharge rapide. On vous explique.



Tesla possède son propre réseau pour la recharge rapide de ses voitures. Les fameux « Superchargeurs ». Et pour s’y brancher, il faut que sa voiture électrique dispose d’une prise spécifique. En Europe, un autre réseau de bornes rapides est néanmoins en pleine phase de développement. Ce réseau est baptisé Ionity et est notamment porté par un consortium de marques allemandes (BMW, Daimler et Volkswagen). Pour s’y brancher, il faut que son véhicule présente une prise dite Combo CCS 2. Une prise qui se profile comme le standard européen (contrairement au standard japonais CHAdeMO, encore différent de celui de Tesla). Depuis des mois, les spéculations vont bon train au sujet de l’adaptation des versions européennes de Model 3 à ce standard.

Adaptation en série

Après avoir annoncé que les premiers exemplaires européens de Model 3 seraient enfin livrés pour février/mars 2019, Tesla confirme finalement que les modèles envoyés de ce côté du monde disposeront d’une prise Combo CCS 2 en série. Une bonne nouvelle, annoncée à nos confrères anglais d’AutoExpress, pour les clients donc qui pourront tant se charger sur le réseau de Superchargeur de Tesla que sur les bornes rapides « de la concurrence » en Europe.

Et les Model S et X ?

De quoi rendre les clients des plus grands modèles de Tesla, les Model S et X, jaloux ? Non: les propriétaires européens de Model S et X ne sont pas oubliés. Car si la Model 3 sera compatible en série avec les prises Combo CCS 2 dès son arrivée de ce côté du monde, Tesla confirme également qu’un adaptateur sera bientôt proposé (autour de 500€ certainement) pour permettre aux Model S et X d’aussi se brancher sur les bornes rapides européennes.

source:

https://www.vroom.be/fr/actus/la-tesla-model-3-arrive-en-europe-et-se-plie-aux-exigences-des-marques-allemandes-20995

10
LA WALLONIE VA SE DOTER DE 512 POINTS DE RECHARGE SUPPLÉMENTAIRES

Le Gouvernement wallon annonce l’installation de 256 nouvelles bornes, soit 512 points de recharge, dès 2019 afin de booster le marché de la voiture électrique.
Pour (enfin) tenter d’étoffer son infrastructure de recharge, la Wallonie va débourser plus de 750.000€.



Pour 2020, le Gouvernement wallon s’est engagé à ce que son territoire compte 688 points de recharge pour véhicules électriques. Pour y arriver, en avril dernier, la Wallonie lançait un appel à projet et annonçait son intention de débloquer un budget de 400 000€ pour installer 100 bornes de recharge supplémentaires (200 points de recharge) en 2019.

Budget doublé

On apprend maintenant que face à l’engouement rencontré par cet appel à projets, la Wallonie a finalement débloqué un budget quasiment deux fois supérieur. Ce sont en effet 768.517€ qui ont été dégagés afin que neuf projets puissent être mis sur pieds l'année prochaine.

512 points supplémentaires

D’après le Gouvernement wallon, ce montant va permettre d’installer 256 bornes et 512 points de recharge dès le début 2019. Les premières zones concernées seront celles « où la demande de rechargement est potentiellement supérieure à l’offre » précise le Gouvernement wallon. Avant d’ensuite « assurer la couverture de l’ensemble du territoire wallon ».

Un appel à projet par an

En plus de cette annonce, le Gouvernement wallon a confirmé qu’un nouvel appel à projets du même type serait lancé au début de l'année prochaine. Et que d’autres appels à projets devraient ensuite suivre annuellement au moins jusqu’en 2022. Pour rappel, en 2030, la Wallonie souhaiterait disposer d’au moins 6.900 points de recharge sur son sol mais également que 50% des nouvelles demandes d'immatriculations traitées concernent des véhicules électriques.

source:

https://www.vroom.be/fr/actus/la-wallonie-va-se-doter-de-512-points-de-recharge-suppl-mentaires-21068


11
IMS CONCEPT : LA BERLINE PREMIUM ÉLECTRIQUE SURÉLEVÉE SIGNÉE NISSAN

Voici une alternative intéressante face à la déferlante de SUV électriques de ces derniers mois : une berline électrique légèrement surélevée à l’allure charismatique. Baptisé IMs, ce concept représente l’avenir de la berline électrique selon Nissan.



Exposé sur le stand Nissan au salon de Détroit en ce début d’année, le concept IMs dépoussière l’allure traditionnelle des berlines avec son assiette légèrement surélevée et ses lignes tendues. Ce concept préfigure le style que pourrait adopter la future grande sœur, à tendance premium, de la Leaf au sein de la famille électrique de Nissan.

115 kWh

Techniquement, ce concept dispose d’une généreuse batterie capable de stocker 115 kWh. Pour rappel, la Leaf se contente de 40 kWh voire de 62 kWh dans sa récente version à grande autonomie qui vient d’être dévoilée. Cette batterie de 115 kWh permet d’envisager de parcourir un peu plus de 600 km entre deux charges. Au vu de son positionnement tirant vers le premium, ce concept s’équipe également de deux moteurs électriques. Ce qui permet de jouir d’une transmission intégrale (un moteur électrique par essieu) mais aussi d’une puissance totale généreuse annoncée à 490 ch et 800 Nm.

Côté pratique, notons que cette longue berline monolithique qui s’étend sur 4,88 m ne se présente que comme une voiture… à trois places ! Derrière les deux passagers avant, on retrouve en effet un fauteuil grand luxe pour un troisième larron. En cas de dépannage, des autres sièges peuvent néanmoins venir s’intercaler autour de ce fauteuil pour transporter au total 5 personnes à l'occasion. Nissan parle de configuration 2+1+2.

source:
https://www.vroom.be/fr/actus/ims-concept-la-berline-premium-lectrique-sur-lev-e-sign-e-nissan-21268

12
RC / FACELIFT ET SÉRIE SPÉCIALE POUR LA LEXUS RC F
« le: 03 février 2019 à 20:58:23 »
FACELIFT ET SÉRIE SPÉCIALE POUR LA LEXUS RC F

La RC F, le coupé Lexus au V8 atmosphérique, profite d’un lifting.
Au salon de Detroit, une série spéciale est présentée dans la foulée, la RC F Track Edition. Elle s'appellera GT chez nous et sera disponible à partir du mois de mai.



Lexus n'est pas seulement spécialisée dans les hybrides, mais aussi dans les coupés au V8 atmosphérique.
Pensez à la grande LC 500 et à cette RC, qui perd non seulement quelques kilos en utilisant des matériaux plus légers, mais qui est aussi plus performante grâce à des pièces plus rigides et à des modifications apportées au moteur. Le V8 5.0 atmosphérique
- une rareté par les temps qui courent - produit 464 ch et 520 Nm.
Une fonction « launch control » lui permet d’atteindre les 100 km/h en 4,5 secondes.
Visuellement, les modifications se limitent aux interventions sur les phares, les feux arrière et la calandre, et à de nouvelles couleurs pour l'intérieur et l'extérieur.



Track Edition

Pointons également la RC F Track Edition, une série limitée aux appendices spécifiques qui, selon Lexus, sont à la fois fonctionnels et esthétiques. La Track Edition, qui portera le nom de « GT » avec nous, perd également quelques kilos grâce à l'utilisation de fibre de carbone et de titane, et sera équipée de freins en carbone céramique. Le V8 atmosphérique est inchangé.

Production et prix

Les Lexus RC F et RC F Track Edition renouvelées entreront en production en mars et pourront être commandées à partir de mai. Les prix suivront plus tard, annonce Lexus.



source:
https://www.vroom.be/fr/actus/facelift-et-s-rie-sp-ciale-pour-la-lexus-rc-f-21275

13
Ioniq / HYUNDAI PRÊT À RETOUCHER SES IONIQ
« le: 03 février 2019 à 20:53:26 »
HYUNDAI PRÊT À RETOUCHER SES IONIQ

La première triplette « hybride/hybride rechargeable/électrique » de l’histoire va bientôt jouir d’une remise à niveau.
Les nouvelles Ioniq sont attendues au second semestre 2019 dans les concessions Hyundai.



Le premier modèle de l’offensive électrifiée du géant coréen Hyundai, l’Ioniq, va déjà passer par la case « restylage ». Lancée fin 2016, cette voiture proposée tant en version hybride, hybride rechargeable ou en électrique a séduit jusqu’ici 60.000 clients. Mais pour rester à la page, l’Ioniq va être modernisée dans le courant 2019. Pour le moment, Hyundai ne présente le nouveau visage que des versions hybrides et hybrides rechargeables.

Plus grosse batterie ?

Les évolutions réservées à la version électrique ne sont pas encore confirmées par Hyundai, même si on se doute que l’Ioniq EV devrait jouir d’une batterie offrant une plus grande capacité à l’occasion de cette remise à niveau. Pour rappel, l’Ioniq EV actuelle peut stocker « seulement » 28 kWh dans sa batterie contre 39,2 ou même 64 kWh pour sa récente cousine Kona EV.

Tablette 10,25 pouces

En tous les cas, ce restylage est l’occasion pour les Ioniq hybrides et hybrides rechargeables de s’offrir la nouvelle calandre caractéristique des derniers produits siglés Hyundai. Mais également de s’équiper d’une grande tablette flottante dont la diagonale peut atteindre jusqu’à 10,25 pouces sur le sommet de leur planche de bord.



GDM

Sur le plan technique, Hyundai n’annonce pas d’évolution sensible pour ces versions élaborées sur base d’un moteur 1.6l à essence. On note toutefois l’apparition d’un nouveau système de freinage régénératif plus perfectionné permettant une conduite à « une seule pédale ». Autre nouveauté : Hyundai annonce l’ajout d’un mode baptisé « Green-Zone Drive Mode » (GDM) sur ses Ioniq. Ce dernier permet de détecter automatiquement l’entrée dans une zone de basse émission afin de basculer, autant que possible, la voiture vers son mode de propulsion électrique.

source:

https://www.vroom.be/fr/actus/hyundai-pr-t-retoucher-ses-ioniq-21315

14
CETTE CITADINE CRAQUANTE POURRAIT-ELLE VOUS CONVERTIR À LA MOBILITÉ ÉLECTRIQUE ?

Honda confirme l’arrivée d’une citadine électrique dans son catalogue d’ici la fin de l’année. Un modèle dont le style néo-rétro pourrait faire un malheur, non ?



Non, il n’y a pas que les marques premium qui s’intéressent à la mobilité électrique avec des SUV hors de prix. Les marques généralistes aussi travaillent à l’élaboration de modèles électriques nettement plus abordables. C’est notamment le cas de Honda qui confirme bien son intention de lancer une citadine électrique d’ici la fin 2019.

Bouille craquante

Pour le moment, on ne connait pas encore les caractéristiques techniques de cet engin. Mais on peut déjà avoir un premier aperçu de son style néo-rétro grâce à l’esquisse de ce prototype proche de la production de série. Un prototype que le constructeur japonais exposera au salon de Genève, en mars prochain.

source:
https://www.vroom.be/fr/actus/cette-citadine-craquante-pourrait-elle-vous-convertir-la-mobilit-lectrique-21314

15
TOP 10 DES VOITURES LES PLUS VENDUES DANS LE MONDE.



Globalement, 2017 aura été une bonne année pour le secteur automobile. Les ventes de véhicules neufs ont en effet progressé de 2 % par rapport à 2016.

De quoi dresser un classement des modèles les plus vendus dans le monde durant l’année écoulée et constater que les constructeurs européens sont loin de dominer les marchés internationaux. En effet, seul Volkswagen parvient à tirer son épingle du jeu avec sa Golf et sa Polo. De quoi aussi constater que les Américains demeurent plus que jamais attachés à leurs bons vieux pick-up, le Ford F-Series demeurant l'utilitaire léger le plus vendu au monde.

1. Toyota Corolla : 1.224.990 exemplaires
2. Ford F-Series : 1.076.551 exemplaires
3. Volkswagen Golf : 952.826 exemplaires
4. Honda Civic : 819.005 exemplaires
5. Toyota RAV4 : 807.401 exemplaires
6. Honda CR-V : 748.048 exemplaires
7. Volkswagen Tiguan : 703.143 exemplaires
8. Ford Focus : 671.923 exemplaires
9. Chevrolet Silverado : 660.530 exemplaires
10. Volkswagen Polo : 656.179 exemplaires


source:

https://www.vroom.be/fr/blog/et-la-voiture-la-plus-vendue-dans-le-monde-est-19720

Pages: [1] 2 3 ... 59