Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire. Did you miss your activation email?

Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - mike

Pages: [1] 2 3 ... 61
1
Seat : Bientôt une électrique accessible

Seat intensifie son implication dans la mobilité électrique et devrait très prochainement proposer divers modèles abordables.




Outre un petit véhicule mobile compact inspiré par le concept Minimo dévoilé lors du World Mobile Congress de Barcelone, Seat dévoilera six véhicules hybrides rechargeables et full électriques au cours des prochaines années.
Parmi eux, il y aura une compacte préfigurée par le concept El Born de Genève, qui s’annonce comme la meneuse de troupes.

Partageant ses dessous avec les véhicules électriques de la gamme ID de Volkswagen, l’El Born devrait arriver sur le marché dès l’année prochaine avec un pack de batterie de 62 kWh lui assurant une autonomie de 420 km (WLTP).
Grâce aux cellules à haute densité, il sera possible de recharger à très haute tension (100 kW), et récupérer ainsi 80% de charge en 47 minutes seulement.

Conformément aux habitudes de la marque espagnole, cette El Born devrait se montrer un chouïa plus accessible que sa cousine allemande.

source:https://gocar.be/fr/actu-auto/actualite/seat-annonce-ses-grandes-ambitions-electriques?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obinsource

2
Les Flamands parcourent de plus grandes distances à vélo pour se rendre au travail



Le vélo électrique rend possible des trajets plus longs qu'auparavant entre le domicile et le lieu de travail avec la petite reine. Les navetteurs flamands se déplacent dès lors sur des distances jusqu'à trois fois plus grandes avec un vélo électrique ou un speed pedelec qu'avec un deux roues normal, ressort-il jeudi de chiffres du VAB, organisation dédiée à la mobilité.

Avec un vélo normal, les employés roulent jusqu'à 10 kilomètres pour se rendre au travail. Avec un modèle électrique, la distance s'élève jusqu'à 15 km et avec un speed pedelec jusqu'à 30, voire 35 km, indique le VAB. La part de l'électrique dans les déplacements domicile-travail en Flandre a presque doublé en deux ans.
Une étude menée par SD Worx montre que 25% des travailleurs vivent à moins de 10 km de leur lieu de travail. Un peu moins d'un sur dix réside de 10 à 15 km de son travail et 21% est éloigné de son boulot de 15 à 30 km. Pour ces deux derniers groupes, le VAB voit encore du potentiel pour que les navetteurs choisissent d'utiliser un vélo électrique ou un speed pedelec pour aller travailler.
En outre, pour un employé sur deux, l'augmentation des embouteillages constitue un facteur pour passer au vélo comme moyen de transport, ajoute le VAB.

source:
https://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-flamands-parcourent-de-plus-grandes-distances-a-velo-pour-se-rendre-au-travail?id=10187697&fbclid=IwAR3FQfXxw8i-50yJLrr3tCW-fYQfT-zMZo9_jE2WMd7dBdv6nfalSeIBK84

3
5 erreurs à éviter quand on roule en voiture ancienne !

Les beaux jours reviennent et vous trépignez d’impatience à l’idée de sortir à nouveau votre « oldtimer » qui se languit dans votre garage depuis des mois. Voici cinq erreurs à ne pas commettre lorsque vous arpenterez les routes à son bord.



Négliger l’entretien

C’est bien connu, les voitures anciennes ne roulent pas beaucoup. Si on n’a fait que quelques centaines de kilomètres depuis la dernière vidange l’année dernière, la tentation est grande de faire l’impasse sur la maintenance annuelle, surtout par souci d’économie. Grossière erreur car ces vieilles dames requièrent des soins constants, même si elles n’ont pas beaucoup bougé. L’inactivité est même source de problèmes (fuites, freins ou embrayage « collés », etc.) …

L’absence d’anticipation

Plus votre auto est vieille, moins elle est freine ! Roulez une journée avec une voiture des années 60 et reprenez par la suite le volant de votre « déplaçoir » quotidien, et vous constaterez les spectaculaires progrès qui ont été faits en la matière ! Lorsque vous arpentez les nationales avec votre véhicule de collection, n’oubliez donc pas d’anticiper ! Les automobilistes « lambda » ignorent très souvent que vous ne freinez pas très bien et ceux-ci peuvent provoquer chez vous des sueurs froides dont vous vous passeriez volontiers !

S’attacher quand c’est possible

On ne le répètera jamais assez : la ceinture, c’est la vie ! Lorsque votre voiture en est équipée (c’est malheureusement rare avant la fin des années 60), utilisez-les. N’hésitez pas à les remplacer par des modernes à la sécurité améliorée, certains modèles ayant même le look rétro. Sachez enfin que même si certaines voitures n’en n’avaient pas à l’époque, celles-ci disposaient parfois tout de même de points d’ancrages prévus à cet effet.

Remplacer les pneus

Une autre erreur souvent commise par les collectionneurs de voitures anciennes est le fait de rouler avec des pneus trop vieux. Même si ceux-ci sont encore en bon état, la gomme qui les compose vieillit en séchant avec le temps. Pas bon pour les freinages d’urgence !

Vérifier l’état des durits

A l’instar des pneus, le caoutchouc qui compose les durits de votre voiture sèche et se craquelle avec les années. Dans le cas de votre système de refroidissement, vous risquez l’immobilisation ou une surchauffe moteur. Par contre, en ce qui concerne les tuyaux d’arrivée de carburant, ceux peuvent provoquer l’embrasement de votre véhicule. Une catastrophe qui peut être évitée facilement et pour un coût très raisonnable.

source:
https://gocar.be/fr/actu-auto/ancetres/5-erreurs-a-eviter-quand-on-roule-en-voiture-ancienne?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obinsource

4
L’Union Européenne pourrait imposer un «mouchard» dans les voitures: il ralentirait le véhicule automatiquement en cas d’excès de vitesse!

Marc Tarabella, député européen, a déclaré que les véhicules neufs pourraient bientôt être équipés de « mouchards » visés à réduire la vitesse.



Ce samedi, Marc Tarabella, a confié à la DH que les véhicules neufs devraient bientôt être équipés de « mouchards », qui freineraient automatiquement en cas d’excès de vitesse. Il affirme que « le texte a été présenté il y a quelques semaines en Commission du Marché intérieur (protection des consommateurs) », et qu’il a été adopté « à une large majorité ».
« Le but de ce nouveau dispositif de limitation de vitesse n’est pas de fliquer les automobilistes, ajoute-t-il auprès cette même source. D’ailleurs, la voiture ne freinera pas automatiquement à votre place. Il s’agit d’un système qui, en cas de dépassement de la vitesse autorisée, rendra la pédale d’accélérateur plus résistante, pour avertir le conducteur qu’il a atteint la limite de vitesse autorisée. »

source:
https://www.sudinfo.be/id111758/article/2019-04-06/lunion-europeenne-pourrait-imposer-un-mouchard-dans-les-voitures-il-ralentirait?fbclid=IwAR1UxU_lKykcVzYsmo1b3wntXPgy7TpWgsZs8qFIlX5xeorp0ep0nExpeCA

5
Automobile : des règles plus strictes pour l'homologation des véhicules neufs.



Après le Dieselgate, les nouvelles règles permettront d'améliorer la transparence des procédures d'homologation et de mise en service des véhicules neufs.


Bruxelles a décidé de durcir les règles d'homologation des véhicules neufs. Un accord a été voté jeudi 19 avril par les eurodéputés comme le rapporte Les Echos. Cette mesure avait été trouvée en décembre dernier par les instances européennes. Après le scandale du Dieselgate, l'Europe continue de tirer des conclusions et de se doter de nouvelles règles. L'accord entrera en vigueur le 1er septembre 2020.
Le texte a été adopté à une large majorité, par 547 voix pour, 83 voix contre et 16 abstentions. Selon le quotidien économique, ces nouvelles règles permettront d'améliorer la transparence des procédures d'homologation en renforçant les contrôles et le pouvoir de sanction. Si la commission d'enquête parlementaire avait évoqué la création d'un organe européen d'homologation, l'idée n'a finalement pas été retenue.

Des contrôles obligatoires


"Cette législation rendra les voitures plus sûres et plus propres et, en combinaison avec les tests en condition réelle de conduite, va garantir qu'un dieselgate n'arrivera plus jamais", a déclaré le rapporteur du texte, l'eurodéputé Daniel Dalton (Royaume-Uni). Concrètement, la Commission pourra infliger des amendes administratives aux constructeurs ou aux services techniques. De plus, elle sera également dotée du pouvoir d'effectuer des essais et des inspections de véhicules de son propre chef.
Quant aux Etats membres, ils devront mener tous les ans un nombre minimum de contrôles des véhicules. Au moins un contrôle tous les 40 000 nouveaux véhicules à moteur enregistrés dans le pays l'année précédente et au moins 20% de ces tests devront concerner les émissions précisent Les Echos.

En 2015, le Dieselgate avait affaibli le secteur automobile. Volkswagen avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel, dont environ 600 000 aux Etats-Unis, d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution. Il pouvait également dissimuler des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées. Pour éviter que ces situations se reproduisent, les services techniques qui pratiquent les tests d'homologation feront l'objet d'audits réguliers et indépendants.

source:
https://www.capital.fr/entreprises-marches/automobile-des-regles-plus-strictes-pour-lhomologation-des-vehicules-neufs-1284344

6
Ventes de véhicules neufs : les constructeurs qui trichent le plus avec les chiffres.



Pour soigner leurs bilans annuels, la plupart des constructeurs automobiles maquillent leurs chiffres grâce à la technique des ventes grises. Certaines marques, épinglées par une récente enquête de l’Argus, abusent carrément de ces artifices.

Le marché français des véhicules neufs est-il vraiment dans une excellente dynamique, comme le prétendent les chiffres de ventes annuels avancés par le Comité des Constructeurs Français d’Automobile (CCFA) ? Pas si sûr, répond une minutieuse enquête de L’argus. Jeep, Fiat, DS… Dans un marché des véhicules neufs, qui, en 2018, a enregistré le 4ème meilleur score de la décennie - en progression de 3% sur un an - certains fleurons du secteur revendiquent logiquement une forte hausse de leurs ventes.
Problème, révèle L’argus, certaines marques abusent tant de la technique des ventes grises, qui consiste à écouler le stock de véhicules neufs à l’intérieur du réseau (véhicules de démonstration, loueurs…) pour booster les chiffres de vente, que leur bilan officiel pour 2018 peut s’avérer trompeur quant à la santé du groupe. Certes, l’astuce n’a rien d’inédit, ni même d’illégal. Mais la plupart des constructeurs dépassent largement le ratio de 25% de ventes grises, communément admis pour qualifier des pratiques commerciales saines.
⋙ À lire aussi - Assurance auto : cette appli qui promet 30% d'économie aux jeunes conducteurs

Parmi le “Big 30” des constructeurs présents en France, seule une poignée joue le jeu en respectant cette règle d’airain. L’argus salue ces marques, qui ont vendu au moins 75% de véhicules neufs aux particuliers et aux sociétés. Derrière Dacia champion incontesté en ce domaine (86%), on trouve Toyota (81%), Mini (80%), Suzuki (79%), Land Rover (78%) et Kia (76%). À l’opposé de ce top 6, L’argus épingle les pratiques douteuses d’Alfa Romeo (51%), Jeep (51%), Honda (48%), Nissan (47%) et Fiat (44%), qui ont multiplié les ventes aux loueurs de courte durée (LCD) et aux concessionnaires du réseau (véhicules de démonstration). De quoi remettre en cause la croissance à deux chiffres que revendiquent Jeep (+21%) ou Fiat (+15%) en 2018. Dans le cas d’Alfa Romeo (-10%), Honda (-2%) ou Nissan (-17%), l’abus de ventes grises sert essentiellement à masquer de sérieuses difficultés commerciales.

source:

https://www.capital.fr/entreprises-marches/ventes-de-vehicules-neufs-les-constructeurs-qui-trichent-le-plus-avec-les-chiffres-1331443

7
Un mouchard embarqué dans tous les véhicules neufs en 2022





Un mouchard embarqué dans tous les véhicules neufs en 2022
La Commission européenne veut imposer des dispositifs technologiques contraignants pour les conducteurs. Selon Bruxelles, cette mesure pourrait sauver des milliers de vies.

90% des accidents de voitures seraient imputables à des erreurs humaines. Partant de ce constat, un comité de l’Union européenne propose d’équiper tous les véhicules neufs d’un boitier électronique capable de limiter la vitesse intelligemment et d’enregistrer les données de conduite.
Véritables “boîtes noires”, ces dispositifs embarqués seront en mesure de collecter de nombreuses données de navigation comme la consommation, les freinages, les trajectoires ou les accélérations. Reliés par GPS, ils seront capables de ralentir automatiquement le véhicule en cas de dépassement de la vitesse autorisée.
Est-ce la mort annoncée des radars ? Selon Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, la disparition des contraventions n’est pas pour demain. “Selon que vous utilisiez un GPS ou un autre, le système manquera de précision. De plus, le véhicule ne sera pas complètement bloqué, le conducteur pourra toujours désactiver le dispositif. Ce qui n’empêchera pas les dépassements de vitesse dans certains cas...et donc les contraventions.”
>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Auto
En cas d’adoption de cette proposition par le Parlement européen, ces boîtiers deviendraient obligatoires sur tous les véhicules neufs à partir de 2022. Le texte préliminaire ne précise pas si les données captées seraient accessibles aux assureurs pour établir des responsabilités en cas d’accident. Pierre Chasseray n’en voit pas l’utilité. “A part la vitesse, nous n’aurons aucune indication sur le respect des distances de sécurité ou sur la réaction du conducteur face à un obstacle” reprend t-il.
Selon Marc Tarabella, député européen en charge de la protection des consommateurs, la mise en place de cette technologie permettra de sauver 25.000 vies en 16 ans.

source:
https://www.capital.fr/votre-argent/un-mouchard-embarque-dans-tous-les-vehicules-neufs-en-2022-1334033?utm_content=buffer55015&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=Facebook_Money&fbclid=IwAR2q1Dj3-7bSOU36r_E680u0TSbxYhLPMUb7OF0UhNJPZJsNoAQPSzcxZ-8

8
Un artisan touchait le revenu minimum, mais circulait en Ferrari et portait des Rolex: il a été arrêté par les autorités avec le reste de sa famille.

En France, un couple de 37 et 41 ans ainsi que leur fils ont été interpellés par les autorités et risquent jusqu’à 5 ans de prison pour travail illégal, fraudes sociales et blanchiment.
Le couple ne déclarait pas de revenus, possédait plusieurs voitures de luxe et touchait les allocations sociales.



France Bleu explique ces trois personnes ont été signalées par les impôts en 2018 à cause des incohérences entre leurs déclarations fiscales et leur mode de vie. Le père de famille, couvreur et auto-entrepreneur, a réalisé un chiffre d’affaires d’un million d’euros non-déclaré entre 2015 et mars 2019. L'administration a constaté un grand décalage entre l'absence de revenus déclarés par la famille de Gigean et leur train de vie.
En effet, alors que la mère conduisait une BMW de 90. 000 euros, le père et le fils se partageaient une Ferrari et possédaient également un bâteau à moteur. De nombreux objets de luxe ont été perquisitionnés au domicile familial, dont des montres de la marque Rolex. Paradoxalement, la famille touchait durant cette période des prestations sociales, APL et RSA (des équivalents français du revenu minimum en Belgique, ndlr) et risque désormais jusqu’à cinq années de prison.

source:
https://www.sudinfo.be/id111154/article/2019-04-03/un-artisan-touchait-le-revenu-minimum-mais-circulait-en-ferrari-et-portait-des?fbclid=IwAR13OPW8AMMOl_fOFzTzNyxB91WHWploZJE0PxnWpYsxAYNtSrVQR6wsAGg


9
Rouler vite: combien de temps gagnez-vous vraiment en faisant du 130 plutôt que du 120?



La vitesse excessive est à l'origine de 30% des accidents mortels sur nos routes. Rouler plus vite et ne pas respecter les limitations pour quoi faire ? Pour gagner du temps ? C'est une fausse bonne idée. Imaginons que vous rouliez sur l'autoroute à 130 km/h au lieu de 120, combien de temps pensez-vous gagner sur une distance de 20km ? Notre journaliste Gautier Falque a posé la question à des badauds en rue. "5 ou 10 minutes" répond une dame interrogée. "5 minutes" estime un homme questionné. "3 minutes", pense un jeune. "Trois fois rien", croit une autre passante. Le gain de temps est en fait de moins d'une minute. Conclusion: rouler vite pour gagner du temps "n'en vaut pas la peine", constate une dame après avoir entendu la réponse exacte.
Outre le danger d'accident pour le conducteur en excès de vitesse, il faut évidemment compter aussi avec le danger qu'il crée pour les autres conducteurs et plus généralement le stress qu'une haute vitesse engendre chez ceux-ci, souligne Pierre-Laurent Fassin, le porte-parole de l'agence wallonne pour la sécurité routière.
Rouler à une allure modérée présente de nombreux avantages qui viennent s'ajouter à un surcroit de sécurité.
- Confort visuel
- Plus écologique et économique car on consomme moins de carburant
- Trafic plus fluide

source:
https://www.rtl.be/info/belgique/societe/rouler-vite-combien-de-temps-gagnez-vous-vraiment-en-faisant-du-130-plutot-que-du-120--1113205.aspx?dt=08%3A53&fbclid=IwAR2pKIadKNgID7r581wMFciPOJzN1DlyoSybuqbn8WhbteHBY4vurfujz4w

10
Un nouveau modèle de radar? De plus en plus de petites caméras installées sur les ponts de nos autoroutes, voici à quoi elles servent réellement!

Ces derniers jours, les avertisseurs de radars ne cessent de biper à l’approche des ponts sur plusieurs autoroutes wallonnes.
Ils croient annoncer une nouvelle sorte d’engins répressifs de la police.
Il n’en est rien.



Plus d’un automobiliste a levé le pied ces derniers temps à l’approche des ponts sur l’E42 du côté du Rœulx ou de Gosselies ou sur l’E411 près de Thorembais. En cause : un trépied surmonté d’un étrange objet binoculaire surveillant la circulation. Contrairement à ce qu’annoncent les avertisseurs, il ne s’agit pas d’un nouveau modèle de radar destiné à verbaliser les chauffards. Il ne s’agit pas non plus d’un dispositif contre les camions cherchant à éluder la taxe kilométrique.
« Ce sont des caméras ANPR mobiles qui lisent les plaques d’immatriculations. Nous en avons actuellement une trentaine en service. Certaines ont été vandalisées car des gens les ont prises à tort pour des radars », explique Héloïse Winandy, porte-parole de la Sofico, le gestionnaire des autoroutes et des grandes routes de Wallonie.
Ces caméras à reconnaissance de plaques vont permettre une gestion plus dynamique des parkings autoroutiers et de la circulation. Les automobilistes vont donc y trouver leur intérêt.

source:
https://www.sudinfo.be/id107075/article/2019-03-13/un-nouveau-modele-de-radar-de-plus-en-plus-de-petites-cameras-installees-sur-les?fbclid=IwAR1vpY_0Q_Wly1omdvK-g5uN7dalDwwNeT21xd-rd6VA8zzI2SNFPq-ujY8


11
Air Liquide va construire une usine aux Etats-Unis dédiée aux voitures à pile à combustible.

Air Liquide a annoncé ce 26 novembre la construction aux Etats-Unis d'une unité de production d'hydrogène liquide destinée au futur marché du véhicule à pile à combustible en Californie.




Air Liquide accélère sur l'hydrogène. Le groupe français de gaz industriels annonce qu'il va construire une usine dédiée à cette technologie dans l'Ouest des Etats-Unis. Il a également signé un contrat long terme avec le distributeur américain FirstElement Fuel (FEF), pour fournir de l'hydrogène à son réseau californien de stations service, ainsi qu'un accord stratégique prévoyant une projet d'entrée d'Air Liquide au capital de FEF, aux côtés de Toyota et de Honda.
"Ces nouveaux engagements permettront de répondre aux besoins croissants du marché de la mobilité hydrogène en Californie et contribueront au déploiement des véhicules électriques hydrogène, ainsi qu'à l'expansion de ce marché dans l’ensemble de cet Etat", a expliqué Air Liquide dans un communiqué.

Un investissement de 130 millions d'euros
Le groupe prévoit d'investir plus de 150 millions de dollars (environ 130 millions d'euros) pour la réalisation de l'usine, dont la construction doit démarrer début 2019. Le site, d'une capacité de production de près de 30 tonnes d'hydrogène par jour, pourra ainsi alimenter 35.000 véhicules électriques à pile à combustible (FCEV).
L'usine alimentera aussi les marchés de la manutention et du transport poids lourd.
Selon le groupe, environ 40.000 véhicules électriques à pile à combustible - production d'électricité à bord grâce à l'hydrogène, les véhicules ne rejetant que l'eau - sont attendus en Californie en 2022.
Avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Matthieu Protard)

source:
https://www.usinenouvelle.com/article/usa-une-usine-air-liquide-pour-les-voitures-a-pile-a-combustible.N773884

12
PSA et Toyota vont recentrer leur alliance sur les utilitaires.

Le français PSA et le japonais Toyota ont décidé de revoir les contours de leur alliance, ce qui se traduira par un arrêt de leur collaboration pour la production de petites voitures en contrepartie d'un élargissement dans les utilitaires, rapporte le journal Les Echos.

PSA et Toyota revoient leur alliance. Selon le quotidien économique Les Echos, qui ne cite pas ses sources, les deux constructeurs automobiles vont arrêter d'ici 2021 leur partenariat pour la conception et la fabrication de petits véhicules.
A cet effet, le japonais rachètera les parts de PSA dans leur coentreprise et prendra le contrôle à 100% de l'usine tchèque de Kolin où sont produites les Toyota Aygo, les Peugeot 108 et Citroën C1.

Dans le même temps, l'usine espagnole de PSA située à Vigo assemblera de nouvelles voitures pour Toyota, des petits utilitaires, en complément de la production déjà assurée par le site du français à Sevelnord (Nord), rapporte Les Echos.
PSA et Toyota y scellé cette alliance en 2001, et l'ont renouvelée en 2013.
Avec Reuters (Gwénaëlle Barzic, édité par Benoît Van Overstraeten).

source:
https://www.usinenouvelle.com/article/psa-et-toyota-recentrent-leur-alliance-sur-les-utilitaires.N773239

13
"La voiture hybride est la solution", assure Didier Leroy, vice-président exécutif de Toyota.

ommé en avril, Didier Leroy, vice-président exécutif de Toyota, explique la stratégie du constructeur japonais dans les motorisations et le véhicule sans chauffeur.

L'Usine Nouvelle - Toyota a annoncé en mars vouloir cesser de vendre du diesel en Europe d’ici à la fin de l’année. Pourquoi avoir décidé d’abandonner purement et simplement cette technologie ?
Didier Leroy - Cette décision est le fruit d’une stratégie de long terme. Nous avons anticipé depuis longtemps le fait que le dioxyde de carbone (CO2), qui a des effets sur le réchauffement climatique, n’était pas le seul élément à prendre en compte. L’oxyde d’azote (NOx) est aussi extrêmement important, au regard de ses conséquences sur la qualité de l’air. Or le moteur diesel est mal placé sur ce sujet, du moins celui des anciennes générations. Dans un tel contexte, nous avions deux manières de traiter le problème : faire comme un certain nombre de nos concurrents et développer de nouveaux moteurs diesel de plus en plus chers et donc moins abordables pour le client, avec toujours cette incertitude autour de l’impact sur la santé des individus… ou changer complètement d’orientation. Nous avons décidé de choisir la deuxième option.
L’abandon du diesel n’est donc pas une conséquence du dieselgate ?
C’est une stratégie bien antérieure au scandale. Nous ne sommes pas dans une logique d’opportunité. Plusieurs décisions en

Source:
https://www.usinenouvelle.com/article/la-voiture-hybride-est-la-solution-assure-didier-leroy-vice-president-executif-de-toyota.N764969

14
Le japonais Denso parie sur les puces pour automobile de l’allemand Infineon

Le premier équipementier automobile japonais Denso resserre ses liens avec le fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon Technologies et prend une participation dans son capital. Leur partenariat vise à développer les puces clés indispensables à la voiture autonome et la mobilité électrique.

Denso, premier équipementier japonais automobile et deuxième mondial derrière l’allemand Bosch, renforce son partenariat à long terme avec le fabricant germanique de semi-conducteurs Infineon Technologies. Les deux industriels, qui coopèrent déjà de longue date, entendent ainsi développer conjointement leur savoir-faire aux niveaux composants et systèmes dans les nouvelles technologies automobiles, comme la conduite autonome ou la mobilité électrique. Pour sceller ce nouveau partenariat, Denso a acquis une participation symbolique dans le capital d’Infineon Technologies dont le montant n’est pas dévoilé mais qui devrait tourner autour d’une cinquantaine de millions d’euros.
Actionnaire déjà de Renesas

Denso, qui compte 170 000 personnes dans le monde et affiche un chiffre d’affaires de 48,1 milliards de dollars sur le dernier exercice fiscal clos en mars 2018, constitue l’équipementier de référence de sa maison mère Toyota Motors, premier constructeur automobile nippon. Il a l’habitude de sécuriser ses approvisionnements et de partager sa feuille de route technologique avec ses fournisseurs stratégiques. C’est-ce qu’il fait déjà avec Renesas Electronics, plus grand fabricant japonais de semi-conducteurs hors mémoires, dont il est actionnaire.
Son entrée dans le capital d’Infineon Technologies suit le modèle déjà tracé avec Renesas Electronics. Le fabricant allemand, qui emploie 40 100 personnes dans le monde et affiche un chiffre d’affaires de 7,8 milliards d’euros sur le dernier exercice fiscal clos en septembre 2018, se targue d’être le deuxième fournisseur mondial de puces pour automobile avec 10,8% du marché en 2017 selon le cabinet Strategy Analytics,  derrière le néerlandais NXP (12,5%), mais devant Renesas Electronics (10%), l’américain Texas Instruments (8%) et le franco-italien STMicroelectronics (7,1%).
Il est présent dans une grande variété de composants clés, des microcontrôleurs aux composants de puissance, en passant par les capteurs. Dans les composants électroniques de puissance dédiés à la voiture, il est leader mondial avec 26% du marché en 2017, loin devant STMicroelectronics (12,5%), Bosch (9,1%), Texas Instruments (8,3%) ou NXP (6,5%) selon Strategy Analytics. L’automobile représente plus de 42% de son chiffre d’affaires.
"Nous souhaitons mettre en place des solutions optimales de semi-conducteurs pour les systèmes électroniques embarqués grâce à de solides partenariats avec des sociétés de semi-conducteurs afin de renforcer la compétitivité des systèmes de conduite et d’électrification automatisés ", déclare dans le communiqué d’Infineon Technologies Hiroyuki Ina, directeur exécutif principal de Denso.
Besoin de technologies de composants plus avancés
"Nous sommes très heureux d’élargir notre relation déjà bien établie avec Denso, se félicite de son coté Reinhard Ploss, PDG d’Infineon Technologies. Notre collaboration avec le principal équipementier automobile au Japon renforce nos liens avec l’industrie japonaise ainsi que notre position sur le marché japonais et mondial des semi-conducteurs. "
En raison des fonctionnalités accrues des véhicules et du contrôle électronique avancé, la demande en semi-conducteurs augmente de manière exponentielle dans l’automobile. Les systèmes de véhicules de nouvelle génération nécessaires à la conduite automatisée, l'électrification et les voitures connectées sont de plus en plus sophistiqués et nécessitent des technologies plus avancées. C’est pour améliorer le développement des semi-conducteurs réclamés par cette évolution que Denso a choisi de collaborer avec des fabricants de semi-conducteurs clés, tels que Infineon Technologies en Allemagne et Renesas Electronics au Japon.

source:
https://www.usinenouvelle.com/article/le-japonais-denso-parie-sur-les-puces-pour-automobile-de-l-allemand-infineon.N774849

15
Explosion de brevets dans la voiture autonome.


Qui mène la course à l’innovation dans la voiture autonome ? L’Office européen des brevets a réalisé, en collaboration avec l’European council for automotive R & D (Eucar) une étude pour répondre à cette question.
Premier constat, l’explosion des demandes de brevets sur le sujet entre 2011 et 2017 (+ 330 %), avec 4 000 demandes rien qu’en 2017, sur 18 000 déposées au cours de la période. Les entreprises les plus prolifiques ne sont pas celles du secteur automobile, qui ne place que trois représentants dans le top 10 – Bosch, Toyota et Continental. C’est la tech qui domine le classement, avec en tête Samsung, suivi d’Intel, Qualcomm et LG.
Géographiquement, l’Europe devance de quelques points les États-Unis, avec plus d’un tiers des demandes. L’Allemagne a déposé à elle seule 14,4 % des brevets, loin devant le deuxième pays européen, la France[…]

source:
https://www.usinenouvelle.com/editorial/explosion-de-brevets-dans-la-voiture-autonome.N774184

Pages: [1] 2 3 ... 61